Liberscribes/Articles/Influenceurs-Influenceuses/Afrique


Qui appelle-t-on un_e influenceur (ceuse)?


Un (e) influenceur (ceuse) se définit comme une personne qui, grâce à son exposition médiatique, exerce une influence (une autorité, un crédit, un ascendant, une certaine impression) sur un public. C’est aussi une personne qui influence l’opinion, la consommation par son audience sur les réseaux sociaux.


Quelques influenceurs dont j’ai beaucoup appris

Steve Jobs représentera pour toujours une figure emblématique des TICs à cause de sa vision, de ce qu’il a fait non seulement de Apple Inc. mais aussi du monde des ordinateurs personnels et des téléphones mobiles. Même si Steve Jobs n’est plus de cette dimension depuis 2011, nul ne peut vouloir parler des précurseurs de la révolution des ordinateurs personnels tels que nous les connaissons aujourd’hui sans penser à lui. Il a influencé et continue d’inspirer des millions d’entrepreneurs et de jeunes visionnaires de par le monde.

Elon Musk par un seul tweet aujourd’hui a le pouvoir de changer le cours d’une action en bourse. On a tous vu l’influence de ses tweets sur le marché des cryptomonnaies et autres ces dernières années. C’est pratiquement la même chose avec Warren Buffet, l’un des seigneurs de la finance, Jeff Bezos de Amazon et Blue Origin, Mark Zuckerberg de Meta, Larry Page de Google, etc. Ces individus exercent une influence considérable sur le monde des affaires et autres. Un incident dans leurs vies peut basculer le monde des affaires le temps qu’il faudra pour rééquilibrer les choses.

Ce sont ces gens qui influencent et font en grande partie les marchés financiers et le monde des nouvelles technologies. Il est donc normal que la plupart des jeunes entrepreneurs décident d’apprendre et de se laisser influencer dans une certaine mesure par ces magnats.

L’autre monde de l’influence est le Cinéma et la musique. Le monde du divertissement comme on l’appelle. Les acteurs de cinéma et de l’industrie musicale sont responsables de plusieurs styles vestimentaires, de façons de parler et autres. Ils le savent et certains s’en servent pour s’en mettre plein les poches.
Plusieurs de ces artistes ont bâti leurs empires grâce à leur influence dans leur domaine, dans le monde du divertissement et autres. Aujourd’hui, certains sont des entrepreneurs à succès grâce à leur réussite dans la musique et dans le cinéma.

C’est d’ailleurs pourquoi plusieurs firmes les sollicitent pour être le visage de telle ou telle marque de produits, de chaussures, de vêtements, de déodorants, de cosmétiques, etc. Ils savent que les gens sont pour la plupart émotionnels et se laissent guider plus facilement par les gens qu’ils admirent (peu importe le domaine d’activité de ces personnes).

Qui aujourd’hui a besoin d’être un adepte du sport pour savoir ce que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, Michael Jordan, Lebron James, Serena Williams, et autres représentent pour le monde de la publicité ? C’est tout simple. Ces individus ont fait leurs preuves dans le domaine des sports et représentent de facto une grande influence pour des millions de gens et ils peuvent facilement utiliser cette influence pour rediriger le choix de millions d’individus selon le besoin.

La jeunesse africaine se laisse influencer par la nudité, la bêtise, la recherche du luxe, du gain facile ; et les ragots.

Malheureusement, le concept de l’influenceur devient de plus en plus biaisé alors que les RS (réseaux sociaux) deviennent de façon très dangereuse la came de la plupart des gens. Ils sont presque tous accros à la dopamine et sont prêts à tout pour avoir leur dose. C’est ce qui a tragiquement donné naissance à une nouvelle colonie de pseudo-influenceurs (ceuses) sur les RS. Des vendeurs de rêves, d’illusions, de débauche et autres vices.

Aujourd’hui, il suffit de cumuler quelques milliers de ‘’Likes’’ sur les RS pour s’auto proclamer INFLUENCEUR/INFLUENCEUSE ou COACH. Des gens qui n’ont aucune véritable valeur à ajouter à la société, des gens qui n’apportent rien pour la plupart, des gens incapables de prendre leurs responsabilités sont les nouveaux ‘influenceurs’ que suivent la plupart des jeunes. Des individus en manque d’amour propre et d’attention; à la quête du gain facile et du luxe. Ce sont ces gens qui influencent en majorité la jeunesse en Afrique. Une jeunesse qui se retrouve cruellement en manque de modèle à suivre.

Cependant, il faut souligner que l’Afrique ne manque pas de modèles dignes du nom. C’est juste que ces individus pouvant être des modèles, des inspirations, sont pour la plupart occupés à construire leurs empires vu le contexte africain où il faut bosser 10x plus que les autres pour atteindre le même succès puisque les gens ont du mal à donner des coups de main aux jeunes talents, du mal à leur faire confiance comme cela se fait ailleurs.

L’environnement des affaires ne leur rend pas non plus la tâche facile alors ils préfèrent faire profil bas et construire leurs édifices. Voilà bien l’une des raisons pour lesquelles ils se montrent peu sur les RS. Il faut avouer que certains font de leur mieux mais les jeunes aujourd’hui surtout en Afrique francophone sont plus attirés par les ragots, l’exposition du sexe, les distractions que par des choses qui peuvent les aider à grandir et à se construire véritablement.

Le mindset dans ces délimitations africaines se détériore un peu plus de jour en jour et le système éducatif désuet qui prône plus les diplômes que le savoir-faire n’aide pas non plus. Tout ceci fait que l’Afrique se retrouve avec des milliers de diplômés chaque année sous la main avec trop peu de compétences pratiques pouvant amorcer le développement. Des gens beaucoup trop facilement influençables qui ne demandent qu’à suivre la tendance.

Il est désormais un secret de la comédie que l’on n’a plus besoin de réussir dans un domaine pour être un influenceur en Afrique francophone. Il suffit juste de pouvoir raconter assez de conneries, de montrer sa nudité sur les RS, de faire croire à une vie qu’on ne vit pas vraiment, une illusion, de montrer aux jeunes affamés un semblant de luxe pour être un influenceur et l’épidémie prend de plus en plus d’ampleur. J’avoue que le dicton ‘’La nature a horreur du vide’’ est bien ce que nous vivons aujourd’hui. Norbert Zongo avait raison, le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais mais le silence des gens bien.

L’usage de ce vocabulaire ‘’ INFLUENCEUR/INFLUENCEUSE’’ devient de plus en plus péjoratif et de plus en plus de personnes veulent à tout prix porter ce titre comme un boubou sans en avoir ni le mérite ni le charisme. A l’allure où vont les choses, la décadence prendra les rênes plus tôt que prévu et c’est bien triste ce qui se passe.

Un influenceur devrait être un modèle, avoir des valeurs de vie, être une inspiration positive et aider les gens à avancer véritablement dans leurs quêtes mêmes si ce dernier voudrait profiter de son influence pour faire du marketing pour des firmes et autres. Malheureusement il y a plus d’accros à la dopamine et des gens à la quête d’attention que de vrais influenceurs sur les RS. Et ça applaudit la dérive !

Paterne Freeman Shadowriter, Liberscribes.com

Lisez aussi https://liberscribes.com/2022/05/08/civil-servant-private-sector-employee-entrepreneur-which-one-will-you-embrace-liberscribes-getting-a-job-job-market-employment-making-a-living/ pour savoir ce qu’il faut choisir en matière de carrière.