Souffrance sentimentale
.
Ce matin, tu m’as longuement dévisagé,
Comme si je venais d’une autre planète,
Tu m’as désarmé de tes yeux ensoleillés,
Comme si je te donnais des maux de tête.
Tu m’as presque marché sur les pieds,
Comme si j’étais devenu transparent,
On dirait que de moi tu es bien fatiguée,
Et tu aimerais que je disparaisse éternellement.

A mon bisou, tu t’es montrée indifférente,
Pourtant, c’était une habitude matinale,
Pire encore, tu as à peine lu mon texte,
Qui t’était bien destiné, ma petite étoile.

Ce soir, il faut que tu saches que je saigne
Que j’ai du mal à porter ce lourd poids,
Que ma souffrance va au-delà de ces lignes,
Que j’aurai du mal à retrouver ma voie.
.
.
Paterne Houédoté, Liberscribes

Photo Credit Pinterest