Scribe

Ce que j’aime le plus chez elle
C’est qu’elle a toujours écrit pour vivre
Et jamais elle n’a laissé parler sa plume
Pour le simple besoin de plaire
Ni à moi, ni à qui que ce soit d’autre
Et quand souvent on lui demande
Pourquoi à l’écriture sa vie elle consacre
Avec son sourire grimacé, un stylo à la bouche
Elle répond le regard égaré, “pour être il le faut,
L’écriture pour moi n’a jamais été un choix,
J’ai été choisie par les mots pour transcrire
Les messages au coeur de l’univers.
Je l’ai surprise en train de sourire alors
Que la vie lui rendait l’existence difficile
Elle m’a souri avant de répondre avec
Ce calme qui restera sien, je ne puis tu sais
Me battre contre ce que je ne peux changer
Alors oui, je souris et je laisse les vagues faire.
Le temps vois-tu, est meilleur allié quand on le laisse être.
Quand à lui on s’abandonne confiant, sachant que rien ne dure vraiment, encore moins les moments difficiles.
Autant de sagesse pour un si jeune âge, c’est bien
Ce que je désire pour ma femme et ma fille,
Ces femmes autour de moi, car oui
Je sais au coeur de mon existence entre deux vies
Quoiqu’on en dise que la femme est gardienne de l’être.
Avec elle les discours sont relativement courts,
Les sens profonds, peu de mots quand on partage la même conscience.
Pour moi, elle reste une scribe, cette femme savante
Venue d’ailleurs qui à leur monde jamais ne pourra appartenir. Et qui pourtant a une tâche à accomplir
En leur sein pour en réalité les sauver d’eux mêmes.
Elle est scribe, elle est poète, elle est ce qui rapproche le mieux de l’univers, maître de tout.

A Une Jeune Poète.

Paterne Freeman Shadowriter, Entre Deux Vies, Poetry Volume Liberscribes.com

Photo Credit: Pinterest