Je suis moi et ça dérange

A monsieur le juge,

Je vous jure votre honneur que je ne suis pas un psychopathe.
Les circonstances de la vie ont fait de moi un antisocial
Un être qui n’a toujours vécu que par ses propres règles
Dans un monde qui n’est qu’une suite de comédie
Une simulation contrôlée par ceux qui savent comment ça fonctionne
J’ai essayé de vivre à ma façon mais à leurs yeux c’était un crime
Voilà bien pourquoi ils s’acharnent et me collent des sobriquets par milliers.
Je vous jure votre honneur que si vous voyez de plus près,
Vous réaliserez tristement que ces mauvaises langues,
Ce n’est que des gens jaloux et frustrés au fond,
C’est aussi des gens qui se sentent menacés par mon aura et ma personnalité,
Cela n’a rien de prétentieux, ma foi!
J’ai passé beaucoup de temps à les entendre déblatérer,
A les voir laisser couler une ou deux rumeurs à mon sujet
Même quand en réalité ils ne savent rien de moi et de mes choix,
Et là on se demande pourquoi j’ai si peu d’amis en qui j’ai confiance,
On prétend que je suis égoïste et tous les noms d’oiseaux,
Je vous jure votre honneur, ma solitude n’a rien de personnel,
C’est un besoin vital pour un être comme moi,
Quant à ce qui concerne ma vie en réalité
Je jure votre honneur que je tiens à mener la danse.
Et pour être honnête, de ce qu’ils pensent, je n’en ai rien à secouer.
J’espère votre honneur que vous comprendrez le sens de mon franc parler.
parce que si on ne peut pas prendre le risque d’être soi malgré la comédie de ce monde,
Dites-moi, votre honneur, qui sommes-nous alors?
Qu’est-ce qui restera de notre véritable être ?

Paterne Freeman Shadowriter, Entre Deux Vies, Poetry Volume.

Photo Credit: Pinterest