Frere si tu m’écoutes,
Dis à mère
Qu’au cours de mon dernier voyage
Sur terre j’ai appris que pour être
Il faut arrêter de paraître.
Et ne surtout pas chercher à plaire.

Frère, si tu m’écoutes
Je sais qu’avec nous la vie a été sévère
Mais vois-tu il faudra qu’on persévère.
Si on tient à atteindre nos rêves,
La seule façon de rendre mère fière.

Frère si tu m’écoutes,
Ne m’en veux surtout pas pour père,
Nous n’avons jamais pu former une bonne paire
Lui il aime suivre les règles et moi je suis un rebelle
Pour lui, je reste un mercenaire venu des enfers.

Frère, si tu m’écoutes,
Il faudra bien t’y faire.
Parce que oui, dans cette vie rien n’est clair
Ils feront tout pour essayer de te faire perdre la tête
Du coup il va falloir que tu décides, être ou plaire.

Frère si tu m’écoutes,
‘Va falloir que tu comprennes
Que la vie n’a pas vraiment de sommaire
Pour être vrai, on plonge avec ses confrères
Les balances et les taupes leur vie ne coûte pas cher.

Frère si tu m’écoutes,
Essaie de vivre une vie dont tu seras fier
Que ton expérience reste tienne et vraie
Vois-tu, le monde est devenu un théâtre sombre
Où tout le monde essaye de cacher sa part d’ombre.

Frère si tu m’écoutes,
Tu n’as pas à faire semblant
Ceux qui le font, rampent
Même s’ils refusent de se l’avouer.
Et finissent tristement par se renier.

Paterne Freeman Shadowriter, Entre Deux Vies

Photo Credit: Internet