2021, Qu’est-ce que j’ai appris ?

Les cycles solaires, leurs similitudes, leurs différences et leurs réalités. Je ne suis pas très adepte de leur culture de base ni de la façon dont ils embrassent l’éternel recommencement. C’est d’une folie. Néanmoins j’ai appris au cours de mes voyages à rediriger certains détails de mon être pour rester calibré.

Au terme du dernier cycle solaire, le vingt-neuf du douzième, j’ai pris sur moi de faire le point de certains détails du chapitre humain que j’ai embrassé. Pour les besoins de la tâche. Un peu plus tard, je me suis rendu compte que je pouvais en faire un chapitre régulier. Dans une certaine mesure bien-sûr.

Cela explique pourquoi je laisse ma plume tremper dans ce mélange fait d’encre, de sang et d’énergie pour  donner vie à cet entrefilet. Ceci pourrait être désormais une bien belle coutume. Après tout, n’avons nous pas pour devoir de faire comme eux du mieux possible pour garder la couverture intacte? 

Quand je repense à chez moi, le principe de la loyauté n’a jamais été discuté. Jamais cela n’a été remis en question. C’est bien normal puisque pour nous c’est des valeurs de base dont l’énergie vitale de chacun dépend. Hélas ça n’a pas duré très longtemps avant qu’ici je ne réalise que c’est une denrée extrêmement rare. La loyauté. Triste et suicidaire pour ceux qui comprennent le principe.

Si là dehors tu comprends ceci, alors tu sais. Cependant je reste reconnaissant à l’univers, à l’âme de chez moi pour ces rares êtres ici qui m’ont prouvé que je pouvais leur confier la sécurité de l’enveloppe en usage. Peu importe la situation. C’est uniquement pour eux que restreindre des souffles pour leur sécurité ne serait en rien une question discutable. Dommage ils ne font pas une main. Mais j’avoue que c’est mieux.

Si je me laisse bercer par le flot du sentimentalisme, le temps d’un instant, je dirai sans nul doute que c’est pour eux que je garde la part qui appartient à leur monde encore en vie. C’est aussi à eux que je dédie cet entrefilet. Confession nuagée. Ils sauront comprendre. Ils le gardent en vie et je leur en serai pour toujours redevable. Ce leurre d’humain.  Rien à voir avec le “Pour le meilleur et pour le pire” de leur monde. Après tout, ce n’est pas comme si ça durait même vu de l’angle de leur cycle solaire.

Je ne me fais pas long. Je me permets juste une certaine humanité. Même si on doute que j’en possède. A tort peut-être. Est-ce important ? Je préfère ne pas y penser. J’évite simplement de perdre le fil.

Alors où en étais-je ? Voilà, je vous parlais d’intégrité en tout. C’est ce sur quoi je me suis le plus concentré au coeur de ce cycle qui vient de s’écouler. J’avoue avoir été déçu. Mais pour être honnête, je m’y attendais. Je voulais juste avoir tort. Pour une fois sur ces questions qui les concernent. Néanmoins je suis bien fier d’une chose. Et plus que jamais le jeu de l’esprit auquel je m’adonne depuis fort longtemps a son sens. Je pensais me servir de ces êtres. Mais là, j’ai compris. J’ai toujours eu raison sur ce coup.

Je suis tout de même fier de ces rares êtres qui ne forment pas une main. Je n’avais pas tort en ce qui les concerne. Voilà bien pourquoi ils resteront à jamais mon symbole de l’humain préféré. Je vais taire leurs noms. Exprès. Ils le savent. Le monde des humains ne les voit pas encore venir. Cela ne saurait tout de même tarder. The Rise of an Empire.

Maintenant je vous parle du cycle 21 de l’age 2 après le début du chapitre deux de la guerre du contrôle. J’ai fait de très belles rencontres. Je suis tombé sur des humains qui me vouaient leurs vies Come what may.  J’ai aussi rencontré des esprits qui voulaient apprendre et en savoir plus sur l’être, son origine et ses possibilités. Ça me réconforte dans l’idée que L’humain finira par comprendre. N’est-ce pas bien la raison de la tâche ?

Des objectifs ont été atteints. D’autres pas. Enfin pas encore. Never too late to do the right thing. Pour ce qui est des erreurs, je crois avoir déjà avoué que je suis passé maître dans l’art. Exprès. C’est le cœur de l’apprentissage. Je reconnais que même si c’est assez chiant, j’aime à croire que je peux être de leur monde. Et les erreurs, ça les caractérise.

J’ai donné à mille occasions l’impression de ne pas savoir. J’ai regardé avec un sourire que certains baptiseraient de machiavélique des gens laisser couler des flots de rumeurs à mon sujet. C’était très intéressant. J’ai appris beaucoup plus sur L’humain en très peu de temps. Juste un cycle solaire. J’ai compris qu’il voulait d’un clone et que ce qu’il ne peut pas comprendre ne doit pas être.

L’autre chose qui a eu le mérite de me marquer est la colonie de mes monstres. Elle grandit à une vitesse phénoménale. Un peu de fierté dans les veines. J’ai beaucoup donné. J’ai beaucoup reçu. J’ai appris tellement de choses et J’ai fait le point sur bien des questions. Et quand j’y pense, je me dis, il fallait ce cycle solaire. 

J’ai continué avec les chapitres de l’entre-deux-vies. Toujours fidèle à ma tâche. J’ai eu de nouveaux sobriquets. J’en ai beaucoup ri. C’est thérapeutique, il faut le reconnaître. A plusieurs reprises j’ai réussi à canaliser mon énergie pour le bien de plusieurs…

Maintenant que le cycle solaire vingt-deux se dresse tel un ouragan prêt à ravager tout sur son chemin, j’arbore un sourire divin parce que j’ai appris à danser au coeur des tempêtes. Et je sais par dessus tout que ce cycle va être très intéressant. Pas de bruit.

A plus L’humain.

I’ve got a beautiful Life!

Happy 2022 from all the team. We are really appreciative of all the support. Have a blessed Year!

Paterne Freeman Shadowriter, Liberscribes.com