Une journée s’achève encore, je suis sur le chemin du retour vers la maison et avec mon sourire comme d’habitude.
Je rentre chez moi, personne pour m’accueillir à part dame solitude.

Tu sais je souris beaucoup, mais au fond de moi il y a ce vide qui semble s’éterniser.
Je ne sais pas si le bonheur existe, je ne sais même pas ce que c’est si ce n’est rien d’autre qu’un mot.

Les miroirs et moi ce n’est pas la grande histoire d’amour
Parce que eux ils voient et reflètent ce que les autres ne voient pas.
Tellement de fois j’ai été déçu que j’ai oublié ce qu’est la confiance.

Et cette question qui revient toujours mais sans réponse :
Qui suis-je ?

Je m’affale dans mon lit à repenser à ces gens qui le demandent “ça va ? ” comme s’ils pouvaient changer quelque chose si je disais non!!

En fonction de la circonstance, je me moule un visage car à vouloir plaire à tout le monde j’ai perdu ma personnalité.

Je fais semblant puisque je suis devenu neutre avec le temps, étant dépourvu de sentiment.
Oui, je souris…mais mon sourire est factice parce qu’au fond de moi, ma véritable identité s’est profondément cachée.

Je suis désolé ! Pas pour vous, mais pour moi ! Désolé pour tout le mal que j’ai enduré, désolé pour tout le mal que je me suis fait.
Retenez le, le vrai moi n’existe plus. Et ce que vous voyez n’est qu’une enveloppe vide qui réagit juste comme un automate. Je suis sans visage.

Griffons, Liberscribes

Photo Credit: Pinterest