Angie Cassiopeia,

J’ai découvert un secret au coeur de cette dimension que je tiens à ce que tu embrasse. Contrairement à la façon dont les choses se passent chez nous, ici sur Terra, pour se débarrasser des effets de l’amnésie collective, il faut embrasser la lecture.

Aventure toi dans les livres, va et égare toi dans les univers de tout ce que tu lis. Crée un monde idéal dans ton esprit et reviens le transposer ici. Souviens-toi que nous sommes nos pensées. Et un jour tu comprendras que tu as toujours été l’architecte de toute ton existence, ma fille….

Lis comme une folle tout un tas de bouquins, Apprends, observe, écoute, vis, respire, sois folle, embrasse le silence quand les paroles que tu veux sortir n’ont pas de sens, confie toi au vent, prends la main à la lune et raconte lui tes espoirs et tes peurs. Un jour, l’amour te trouvera et quand tous les deux vous ne ferez plus qu’un, embrasse sa folie, sa joie et ses peines. C’est bien tout ça qui fait le bonheur ma fille…
Tu sais, ce que j’ai découvert avec les bouquins, ça peut te sauver la vie et ça te tient toujours compagnie. Écoute, avec un bouquin, tu n’as pas à faire semblant. l’aventure ne coûte que du temps mais crois-moi, c’est sans regret, j’ai essayé. C’est bien ce qui me permet de l’affirmer.
Si un jour tu me perds, je serai un personnage d chacun des bouquins que tu liras. Je serai dans les lignes. Je te parlerai, tu le sentiras, tu le sauras et pour toujours nous resterons unis. Après tout, ce que nous sommes ne peut être détruit même si les gens autour de toi ne le savent pas. Tu n’as surtout pas à en parler. Vient le moment, armageddon. Tout sera révélé et nous serons libres d’être.
En attendant ce moment glorieux de liberté excessive, lis et aventure toi ma puce. Prends soin de ton frère en mon absence et partage avec lui la fièvre de la lecture. Je sais que vous comprendrez. Nous avons beaucoup à faire et nous ne saurons jamais abandonner.

Un jour quand je m’en irai de cette dimension, fais attention au personnage qui sourit. Je saurai le posséder. Tu le sauras, vous le saurez… Entre deux vies, je ne vous quitterai ni du coeur ni des yeux.
Il t’aime, le Paternel…

A Angie, en attendant que tu viennes.
Paterne Freeman Shadowriter, Liberscribes

Photo Credit: Pinterest