Je vais laisser une brèche et laisser sortir des parties de ma gracieuse vie — enfin celle de cette époque, celle que je partage avec vous. Certaines choses qui méritent d’être sorties. Je crois qu’il le faut bien.
***Break***
La vie revêt la définition que nous lui donnons. Aujourd’hui, la plupart des gens n’ont pas le courage de vivre et d’être. Oh judge, we wear a mask ! Nous voulons tous paraître parfaits, sans faute, comme des saints. On ne veut pas prendre la responsabilité pour ses erreurs. On préfère se cacher et prétendre puis que c’est ce que la société exige de nous. Paraitre, être des saints au moins en apparence. Nous semblons oublier que tous ces saints ont un passé et que si le rideau on levait, nous n’aurions pas la force de suivre jusqu’au bout le film en bande de la vie de tous ces supposés-saints.
Quelqu’un a dit un jour : « il est nécessaire de faire des erreurs car c’est la plus grande et plus honnête façon d’apprendre. Quand on a une conscience encore en place, nos erreurs servent de guide pour nous sur le chemin de l’accomplissement du destin que nous avons choisi de construire. » Voilà comment j’ai commencé à embrasser mes erreurs, ces expériences dont j’avais besoin pour avancer, pour grandir dans un monde où vieillir est devenu inévitable. J’aurais voulu être Peter Pan ou vivre dans sa cité pour ne pas avoir à vieillir alors que je grandis. Hihihi !
***Break***
Un jour, je me rappelle avoir avoué devant un bon nombre d’individus que j’ai fait plus d’erreurs que tous réunis. Je le pensais vraiment parce qu’au fond de moi j’étais et je suis toujours conscient de mon parcours. Cependant, je ne regrette rien. Il le fallait, ces erreurs. J’en avais besoin. Et comme je le dis souvent aux rares individus qui me sont vraiment proches, je ne suis pas un saint et je ne veux même pas en être un, la tâche est trop fastidieuse. Néanmoins je reste authentique à qui je suis, ce que je suis dès le départ. De toutes les façons, je n’ai jamais su faire semblant, il faut croire que je m’aime un peu trop pour vouloir être quelqu’un que je ne suis pas. Self-love, yeah !
Plusieurs personnes dans la vie réelle (celle que certains semblent oublier) et sur les réseaux sociaux me disent souvent : Freeman tu es si fou, Paterne tu es ça. Non, Shadow, tu es trop bizarre et tout. Non, mec, sérieux tu sors de quelle dimension ? Ils ignorent assurément que j’ai fait plus d’erreurs que la plupart et que c’est grâce à tous ces acquis que je grandis même si j’ai du mal à vieillir, hihihi. Ils ne comprennent pas que ce sont ces expériences qui m’ont donné la force de voir le monde d’une autre façon que celle que les normes sociétales imposent.
***Break***
Ces cinq dernières années, j’ai consacré ma vie au service des autres. J’ai essayé et j’essaye toujours d’apporter un plus positif à la vie des gens que je rencontre. Peut-être pour ma rédemption je le fais ou pour mes idées hétéroclites d’apprenti de l’univers qui croit pouvoir changer le monde. Au fond de moi, je sais que je réponds à l’appel. J’aime croire que je suis de ceux qui sont assez fous pour croire qu’ils vont changer le monde. Cela me conforte dans mon rôle de l’Apprenti. C’est mon but. Vivre pour servir et impacter les autres. Nous recherchons tous un emploi pour survenir à nos besoins et nous faire de l’argent mais combien recherchent vraiment leur but, ce pourquoi ils sont dans cette dimension ? Une tragédie de notre monde, ma foi !
***Break***
A certains, j’ai donné une mauvaise impression, à d’autres, une très bonne. C’est ainsi que ça marche. Et croyez-moi, je ne le fais pas exprès. J’essaye juste de suivre le chemin que je trace. Si aujourd’hui j’ai du mal à me retrouver avec certaines personnes dans certains cadres, cela n’a rien de personnel, c’est sûrement la résultante de mes expériences et les exigences de mon objectif final. Désolé mais je ne peux pas faire semblant et trainer avec des gens qui se contentent de leur zone de confort. Le rêve est grand et s’il le faut, je suis prêt à m’isoler. D’ailleurs, à ça, je suis déjà habitué.
Il y avait ce moment où j’avais vraiment peur de décevoir les gens qui croyaient en moi, ceux qui me prenaient et me prennent toujours pour un modèle. Ce sentiment est toujours là mais j’ai appris à mieux comprendre les choses. Je me disais, je suis leur héros en quelque sorte, je n’ai pas le droit à l’erreur. Mais j’ai compris au fil du temps que les Héros ne sont pas parfaits. S’ils sont réels, c’est qu’ils font aussi des erreurs afin de mieux apprendre pour grandir et impacter. Alors à ces belles personnes qui voient en moi une étincelle qui les aide à avancer, je ne suis pas parfait et permettez-moi de faire aussi des erreurs. C’est important pour mon processus d’accomplissement. Vous avez dû remarquer que je grandis un peu plus à chaque fois. L’honneur est à mes erreurs, mes observations et à mon ouverture d’esprit. Rassurez-vous, je ne me suis pas ouvert le crâne. Là, je paraphrase Youssoupha! Ha Haha !
***Break***
On va maintenant parler des femmes. Je sais, tout le monde aime parler de ça, moi aussi. C’est déjà une évidence, je ne suis pas un saint. Vous savez, la femme est un trésor qu’il faut chérir sans en être esclave. Je vous le dis en même temps, quand ‘’le cœur de notre empire’’ va lire ceci, elle va d’abord faire une petite mine avant de sourire gracieusement juste après. Elle me dira ‘’c’est ça’’.
J’ai rencontré plusieurs femmes. A plusieurs moments de ma vie, j’ai mis le costume de Juan pour l’expérience. J’ai beaucoup appris dans ce domaine aussi. Surtout ces derniers mois. Croyez-moi. J’ai brisé beaucoup de cœurs. Je ne le faisais pas vraiment exprès. J’ai juste la fâcheuse tendance à être trop direct et à ne pas cacher mes sentiments. Cela m’a valu des titres et des sobriquets divers. Je ne les méritais pas tous, ma foi ! C’est vrai que j’ai parfois été un connard mais, voyons, j’en étais un de bon. Je sais, c’est craignos ! Aller, ne faites pas cette tête-là. On est tous des connards habillés différemment. Hihihi !
A toutes ces femmes, les flirts, les ex, vous êtes merveilleuses et je vous demande pardon si d’une quelconque façon j’ai pu vous blesser psychologiquement. Je sais que le mal serait déjà fait mais je tiens à m’en excuser. Et je n’aurais jamais levé la main sur vous donc je n’en parle pas. Les vrais mecs ne font pas ça. C’est comme si on battait sa propre mère. Galère, c’est de la lâcheté !
Vous m’avez aidé à grandir dans un domaine bien précis. Grâce à vous je me retrouve aujourd’hui avec une super pote, un amour, une complice, une coéquipière, une jeune femme qui aime ma folie. Elle est le cœur de notre empire. Tout ce que vous avez oublié de m’apprendre, elle s’en charge. Nous avons nos moments, nous apprenons et grandissons ensemble, avec elle, j’ai le courage d’être moi sans avoir peur. Elle est de loin ma plus longue relation et ma plus belle trouvaille et j’espère vieillir heureux en la rendant heureuse. Je sais, je suis tout sentimental du coup. Il y en a qui vont faire une tête en lisant ces lignes. Oui, oui, c’est bien moi. Je l’aime. Bref, arrêtez de vous torturer. Hihihi. Mum l’aime beaucoup les filles, désolé, elle a su s’y prendre. Ha haha !
***Break***
Avant, je me disais que sortir avec plusieurs filles était de la frime aux yeux des potes. On se dit branché, à quel câble je me demande bien. Je sais, je sais, aucun rapport Anh, hihihi. Permettez-moi d’être fou. D’être moi.
J’ai arrêté de vouloir toutes les filles. J’ai compris que je dois me reconcentrer sur mes objectifs et refocaliser mon énergie et pour y arriver, il faut faire des choix et le cœur de notre empire m’a fait comprendre que lorsque tu rencontres une personne dont le bonheur devient plus important que le tien, c’est alors que tu sais avoir rencontré la bonne car cela te pousse à donner le meilleur de toi-même et à faire le bonheur de ton couple. C’est l’une des bases de la vraie réussite. A un moment, Il faut savoir se focaliser sur une personne avec qui vous pouvez construire votre empire, la chérir, l’aimer et vous battre continuellement pour grandir ensemble tout en priorisant votre bonheur commun. Je prie continuellement que l’univers nous aide. On a encore du chemin et on en est tous les deux conscients.
Aux hommes, vous qui lisez ceci, je vous souhaite de rencontrer cette personne, pas juste une personne avec qui vivre mais cette personne, cette coéquipière avec qui vous avez une alchimie. Et quand vous l’aurez trouvée, chérissez-là, ne la brisez pas, encouragez-là dans ses rêves, croyez en elle et permettez-vous de grandir ensemble. Et par-dessus tout, soyez heureux. Rien ne vaut le bonheur croyez-moi, c’est la clé du succès tant que vous êtes en vie et en bonne santé. Un conseil, faites preuve d’attention à son égard, c’est important si vous tenez à la survie de votre vie de couple. Même si vous êtes occupés comme moi, trouvez du temps pour elle, elle est une priorité. Ooh, oui, je vous le dis. Vous comprendrez, si vous avez de grands rêves.
Vous avez dû constater que je jette les idées sans pour autant y mettre une grande cohérence. Oui, c’est bien. Vous ne vous trompez pas. C’est bien ma façon de vous présenter ces lignes. Aucune règle, juste des mots pour me confesser.
Je suis un poète, un apprenti au service de l’univers. Et je fais beaucoup d’erreurs dont je tire des leçons pour grandir. Ma vision de la vie est peut-être peu orthodoxe mais elle m’aide à grandir et me donne le courage d’utiliser la plus grande machine brute qui soit, le cerveau.

Paterne Freeman Shadowriter, The Apprentice.