Day 13
#Réflexion sur l’éducation

Les enseignants de leur côté doivent revoir leur méthode. Il faut mettre de côté cette façon obsolète de faire les choses. On dit que le nouveau programme doit être centré sur l’apprenant mais on fait ça si mal, et cela ne donne pas envie d’embrasser l’instruction sans y être forcé.
Je sais que ce n’est pas la faute aux enseignants dans la majeure partie de la situation. Il y a des canevas bizarres du xiiiè siècle qui sont imposés et qui ne donnent aucune chance à de la vraie créativité.

On préfère finir le programme que de s’assurer que les apprenants maîtrisent les séquences d’enseignement. Des cours de langues sans pratique, des cours de sciences sans labo, il n’y a toujours pas de vrais enjeux sportifs au sein du pays qui impliqueraient la participation de tous les collèges et lycées. Ne nous leurrons pas au coeur du semblant.

Il ne faut surtout pas confondre les choses ici. Il faut revoir toutes ces copies avec une ouverture d’esprit plus grande, une vision beaucoup plus axée sur le long terme et la culture de la passion, du but, et du rêve.

Il faut arrêter avec la formation des robots et se concentrer beaucoup plus sur la formation de personnes de qualité, de compétence. Je sais que les enseignants diront qu’il n’y a pas ce qu’il faut pour faire le travail et je peux les comprendre.

On leur demande un peu trop de faire l’impossible sans mettre à disposition les moyens de base. C’est une belle insulte là !

La formation technique et pratique devrait être au coeur du système éducatif. Aussi, il faut arrêter de demander aux gens de pondre un simple papier de recherche ou non pour obtenir un diplôme de fin de cycle.

Chacun dans son domaine dès le début du cursus doit avoir un projet qui apporte un plus à l’humanité ou à son environnement et ce n’est qu’en soumettant le résultat de ce projet en fin de cycle que ce dernier peut prétendre à un diplôme.

Ceci doit être valable dans tous les domaines. Même en littérature, si non comment prétendre avoir un doctorat en littérature sans jamais avoir écrit un bouquin digne du nom ? Je ne compte pas rentrer dans les détails.

Cela éviterait les semblants de vie d’étudiants et le culte de la médiocrité qui désormais sont l’apanage de la plupart. Voilà bien en partie pourquoi l’Afrique compte plus de diplômés que d’intellectuels et de compétences.

In “Le Génocide Intellectuel Orchestré par le Système” Essai sur L’éducation By Paterne Freeman Shadowriter and Clintin Anagonou


A suivre….
J’espère que chacun après lecture voudra bien partager pour l’impact…
Merci…

Photo Credit Pinterest