Day 14
#Réflexion sur l’éducation

Les gens devraient désormais accorder beaucoup plus d’importance à la responsabilité parentale qu’au simple besoin de peupler la terre ou d’y laisser un héritage en matière de rejeton.

Le monde n’a plus besoin de plusieurs enfants mais des enfants de qualité.
On ne peut faire des enfants de qualité et s’assurer qu’ils finissent bien et qu’ils ajoutent de la valeur sans être un parent. Je ne dis pas être un-e géniteur/génitrice. Nuance!

Je le dis souvent mais je vais encore le répéter. Il y a beaucoup trop de géniteurs et trop peu de parents. C’est le véritable problème par ici. Les gens pensent que leur rôle est de faire beaucoup d’enfants, de se débrouiller pour qu’ils mangent parfois et de les abandonner par la suite et pour tout le reste pensant que c’est l’école qui doit les éduquer.

Les enseignants sont peut-être là pour l’éducation des enfants mais leur premier rôle est l’instruction, c’est ce qu’on leur demande de faire et c’est l’ouverture qu’on leur laisse. Ne vous y trompez surtout pas. Vous ne faites pas des enfants pour que l’école les éduque à votre place. Vous avez votre part de responsabilité qui n’est pas du tout à négliger.

Quand on est parent, on est responsable de ses enfants aussi longtemps qu’on vit et si vous ne vous sentez pas en mesure de faire cela, d’embrasser cette responsabilité, éviter simplement de faire des enfants. Si vous ne pouvez supporter qu’un seul enfant tout au long de votre vie, alors n’en faites qu’un.

Toutes ces pseudo-croyances populaires ou environnementales qui vous encouragent à faire plusieurs enfants et à espérer que la nature les éduque ne sont que des balivernes. Ça n’a aucun sens.

Et quand on vous dit que vous n’êtes responsables que si vous avez des enfants ou que si vous êtes mariés, vous croyez vous si responsables au fond? Là maintenant?

Vous devriez revoir la définition de la responsabilité et ce, dans le domaine où vous vous croyez si responsables.

Il y a bientôt huit milliards d’humains sur Terra. Huit Milliards, Ça vous dit quelque chose ce nombre ? Et pendant ce temps, tous ces rejetons que vous avez envoyés, ils ajoutent quelle valeur positive?

Si vous n’êtes pas prêts à supporter un enfant sur tous les plans, financier, académique, psychologique, moral, intellectuel et tout le reste, si vous ne vous sentez pas prêts à lui accorder le temps et l’énergie qu’il faut, n’en faites pas, simplement.

Faites des dons aux organisations ou autres si vous croyez avoir de l’argent parce que l’autre chose est qu’il ne faut surtout pas croire qu’il suffit d’avoir une source de revenu ou de croire qu’on prend de l’âge pour faire un enfant sous la pression parentale ou celle des amis.

Vos parents et amis ne feront pas votre boulot de parent pour vous donc si vous n’êtes pas prêts, il n’est écrit nulle part que vous devez avoir des enfants.

Ce qui me fait bien rire de tristesse est que c’est surtout les pauvres, je choisis bien mes mots, ceux qui ont une mentalité assez retrograde, ces pauvres d’esprit qui osent faire plus d’enfants qu’ils ne peuvent en supporter.

C’est un crime contre l’humanité que d’envoyer des âmes sur Terra alors que vous n’êtes pas en mesure de les aider à ajouter de la valeur avant de repartir dans une autre dimension.

On devient responsable par choix, par apprentissage, par auto-éducation et non avec l’âge. Le statut social ou toutes les autres théories fumeuses que la société s’acharne à vous faire avaler ne font pas de vous des responsables.

Chacun de nous est l’architecte premier de sa vie et celui secondaire de toutes les vies qu’il/elle engendre.

L’apprentissage de la responsabilité dure toute une vie. Tout ceci commence dès le jeune âge. Quand on est encore apprenant il est important de savoir un certain nombre de choses.

Ce sont les clés qui ouvrent les portent de nos vies dans le futur. Ce qui explique pourquoi on doit bien choisir les clés de notre apprentissage.

Nul ne doit aller à lécole pour le simple besoin d’aller à lécole et c’est bien ce que font la plupart. Il faut y aller pour un but bien précis.

Comme Paulo Coelho a su si bien le dire dans son livre, L’alchimiste, quand on est jeune, nous avons tous un rêve et à un moment de notre vie, ce rêve est clair. Il y a une voix intérieure qui nous parle et nous dit ce que nous devons devenir.

Jappelle cela la voix de l’âme. Croyez-le ou non, notre âme-conscience en sait plus sur nous que n’importe quelle autre personne.

Ce que nous dit cette voix intérieure est toujours en adéquation avec les aptitudes que nous avons et en apprenant à écouter cette voix, nous sommes sûrs de trouver notre chemin, chemin qui nous permettra d’atteindre et de développer notre plus grand potentiel. Cela peut être dans n’importe quel domaine…

In “Le Génocide Intellectuel Orchestré par le Système” Essai sur L’éducation By Paterne Freeman Shadowriter and Clintin Anagonou


A suivre….
J’espère que chacun après lecture voudra bien partager pour l’impact…
Merci…

Photo Credit Pinterest