Extrêmement rares de les voir couler, mes larmes.

          Elles témoignent de mon impuissance face à certaines situations de la vie .

          Vivre en silence toute une chaîne d’enfer fait craquer le cœur.

Plongée dans l’étang écarlate, suis devenu sanguinaire, sans peur.

Mes larmes !!!!

Emperlées sur mes joues, elles m’brûlent énormément.
Accepter une telle situation me complique l’existence.
Une sombre existence sans un moindre rayon de lumière.
Oh que j’ai mal d’vous l’dire,
Portez-moi dans vos prières !

Ça coule incessamment, parfois ça tombe dans mon cœur.
J’saigne avec ces arbres soigneusement entretenus sans jamais avoir de fleur.
     Le but étant de réunir les ondes pour étouffer les malheurs,
J’ai volé jusqu’au bout du monde arracher mon bonheur.

          À un moment de ma vie, j’voulais tout foutre en l’air.
Armée de courage persévérant, j’ai bravé des enfers.
Le cœur qui jamais ne se lasse arrive à bout de tout.
   Se concentrer sur moi même m’a rendue folle

J’soliloque dans les rues.
Ça fait pitié de silencieusement souffrir.
Et  venir au grand jour exhiber son sourire.
Quelle vie de merde où tout est fichu.

          Chacun sait ce qui le tétanise.
La vie m’est chère et tout son contour avec.
Je ne joue pas l’air d’une bonne, suis une bonne meuf.

             J’ai pu percer la terre avec du fer
Alors, le cœur mérite d’être aimé.
              J’ai semé la paix dont la moisson est sérénité.
     
               À présent, j’ai versé toutes les larmes d’ mon enfer.

Mes larmes, ouais ce sont mes oignons !

Zénaïde Godonou, Liberscribes

Photo Credit: Internet