Comme si une vague temporelle venait de nettoyer ma mémoire, je venais d’oublier tout ce que Bob m’avait fait subir. J’ai recommencé à le fréquenter sans que les parents ne soient au courant. Il me proposa de m’installer chez lui. Il voulut même un enfant de moi mais je lui fis comprendre que c’était un peu trop tôt. Je voulais qu’on prenne notre temps même si l’idée de porter son enfant était comme un rêve de gosse qui ne m’a jamais quittée.
Bob et moi avions eu deux ans de relation secrète jusqu’au moment où tous les deux, nous prîmes la décision d’affronter nos parents. Quoi ? Jamais Hermine. Jamais je te le dis. Je ne veux pas te voir avec cet homme-là. Celui-là même qui t’a fait souffrir pendant des années ? Jamais je te le répète. M’avait dit mon père. Il était très ferme sur sa décision.
Ma mère ne comprenait pas ce qui m’arrivait. Comment pouvais-je retourner en couple avec quelqu’un qui a pu gâcher ma vie de la sorte et qui m’a fait sombrer pendant tout ce temps ? Elle se demanda si je n’étais pas sous le contrôle d’un charme par hasard.
De l’autre côté avec les parents de Bob, ils étaient catégoriques. Ils ne voulaient pas me voir avec leur fils. Bob et moi avions décidé quand-même de vivre notre amour malgré tout. Il acheta un appartement pour qu’on puisse vivre ensemble. J’ai déménagé de chez mes parents. Mon père m’avait expressément fait comprendre que si jamais je partais vivre avec ce vaut rien que pour lui j’étais morte.
Ma mère pleura à finir les larmes de son corps. Elle me supplia de reprendre conscience mais je ne voulais rien entendre. J’étais bien déterminée cette fois-ci à quitter cette maison et à rejoindre Bob dans notre appartement. C’est ainsi que je m’installai avec Bob.
J’avoue que les premiers jours avec lui étaient si merveilleux que je ne regrettais pas du tout ma décision. Trois longues années s’étaient écoulées depuis notre relation officielle. Mais malgré tous nos efforts, je n’arrivais pas à concevoir. C’était un souci pour mon homme et moi. Bob lui voulait à tout prix d’un enfant. Il a donc pris contact avec l’un de ses amis médecin pour ma consultation. Les analyses révélèrent que je ne pouvais pas avoir d’enfant. J’étais donc stérile. Le ciel venait de s’assombrit sur moi.
Qu’allais-je donc dire à Bob ? Seigneur ! Que je n’étais pas fertile? Il voudra divorcer à tout prix. Mais je devais être honnête et lui en parler. Peut-être comprendra-t-il et on adoptera un enfant qui sait ? J’avais bien cet espoir malgré la situation. J’étais donc rentrée pour lui annoncer la nouvelle. Bob ne sembla pas être très dérangé. Il me rassura que tant qu’on était ensemble, tout allait bien se passer et qu’on n’était pas obligé d’avoir un enfant. J’étais heureuse. Même si intérieurement j’avais des doutes. Je savais à quel point il voulait être père.
Cela faisait très longtemps que je n’avais pas eu de nouvelles de mes parents ni de ce qu’ils étaient devenus. J’espérais juste qu’il allait bien. Je ne voulais surtout pas leur apporter cette nouvelle. Je savais qu’ils seraient superstitieux s’ils apprenaient que j’étais stérile.
Bob devait à nouveau voyager. Il devait se rendre en Belgique pour une formation qui allait durer deux ans. On n’avait pas le choix. Il devait partir. Une fois là-bas il m’appelait régulièrement pour prendre de mes nouvelles et m’envoyait aussi de l’argent car mon café ne marchait plus. Je l’avais fermé pour me consacrer à ma vie de couple avec Bob. On s’appelait tous les soirs avant que je n’aille au lit. Ce n’était pas idéal mais j’aimais ma vie aux côtés de Bob qu’il soit proche ou loin physiquement.
C’était beaucoup trop beau pour continuer. Il s’en suit donc une période de trêve. Bob ne m’appelait plus du tout. Il ne répondait même plus à mes appels. Il ne m’envoyait plus rien. Ça avait recommencé. Bob se foutait à nouveau de moi. Il jouait avec mes sentiments. Il s’en moquait royalement.
Un vendredi matin, alors que je m’apprêtais à sortir, je reçus son message qui disait « pour notre bien, il faut qu’on se sépare ». Je croyais rêver. Je l’appelai sur le champ. Il m’informa qu’il ne comptait plus revenir au pays et que c’était fini entre nous, qu’il avait une famille à qui il devait désormais penser et que d’ici une semaine les employés de l’agence immobilière allaient passer pour récupérer l’appartement qu’il avait loué. Je n’en revenais ! Je ne pouvais plus respirer.
Qu’avais-je fait de mal pour mériter ce sort ? Comment allais-je m’en sortir ? J’avais tout abandonné pour le suivre malgré notre passé. Je n’avais plus de sous et mon affaire était désormais un lointain souvenir. Je m’étais éloignée de mes parents pour lui plaire, pour vivre avec lui tout en sachant qu’il m’avait déjà détruite une fois il n’y avait pas si longtemps que ça.
J’ai fini par quitter la maison et j’ai repris contact avec ma mère car une mère n’abandonne jamais son enfant. Je lui ai tout raconté. Toute l’histoire du début jusqu’à la fin. Elle a décidé de m’aider mais à une seule condition que je présente mes excuses à mon père. J’acceptais tout ce qu’elle me proposait. Je n’avais pas le choix.
Ça n’a pas été du tout facile mais mon père a fini par me pardonner. J’ai repris le cours normal de ma vie. J’ai trouvé un travail avec l’aide de mes parents. Ce n’était pas vraiment noble comme boulot mais je pouvais gagner ma vie et quant à Bob je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.

PS : Si je devais oser donner un conseil, je dirais simplement, Jeune fille occupe-toi de tes études. Ne te laisse pas amadouer par un simple ” je t’aime ”. Prends soin de toi et de tes parents. Préserve ta dignité.
Innocentia Houessou

Photo Credit: Pinterest