Ils l’ont empêchée de voir celui qu’elle aime
Ils lui ont interdit de le fréquenter
Ils l’ont même enfermée dans un grenier pour la punir
Ils lui ont même coupé les vivres.
Ses cours, elle les recevait dans son grenier
Ils lui ont fait couper les ponts avec ses amis.

Au nom de l’amour

Ils trouvaient que celui qu’elle aime ne la méritait pas
Ils trouvaient qu’il était d’une autre religion
Ils ne le trouvaient pas assez beau pour leur fille
Ils trouvaient qu’ils savaient ce qui serait bon pour elle
Ils se croyaient de super héros
Ils trouvaient que son bonheur n’était pas avec ce ”jeune débrouillard”
Ils étaient les adeptes des règles sociétales
Ils disaient que leur unique fille méritait mieux que ce ”malotru”.

Au nom de l’amour

Il a souffert de ne plus voir sa bien-aimée
Il a souffert de voir sa famille menacée par les parents de sa bien-aimée
Il a souffert de savoir que sa bien-aimée souffrait aussi
Il aurait voulu lui enlever ce chagrin du cœur
Il aurait voulu qu’elle l’oublie
Il aurait voulu que son amour pour lui disparaisse
Il aurait tellement voulu ne plus souffrir aussi
Il aurait voulu ne jamais l’avoir rencontrée
Il aurait voulu se garder de tomber amoureux
Il se demandait pourquoi Dieu a créé l’amour s’ils devraient en souffrir
Pourquoi l’amour existerait-il si on ne peut pas le vivre ?
Il maudissait chaque jour Cupidon et ses flêches
Il aurait tellement voulu retourner dans le passé et changer les choses.

Au nom de l’amour

Couchée dans un lit de camps au grenier
La jeune fille ne sait plus où donner de la tête
Elle a en elle, colère, rancœur, souffrance
Mais par dessus tout, son amour pour le ”jeune débrouillard” comme son père aimait l’appeler
Elle se demande pourquoi souffrir si on aime
Elle se demande si ses parents l’aiment
Elle se demande même s’ils sont vraiment ses parents.
Elle ne comprend pas comment ils sont insensibles à sa souffrance
Elle se demande s’ils l’ont jamais aimée
Elle se demande si sa mère a connu l’amour
Elle se demande si sa mère est vraiment une mère.
Elle a honte de ses parents
Elle est si déprimante
Elle se demande à quoi ressemblerait sa vie sans celui qu’elle aime
Elle pleure toutes les larmes de son corps
Elle prend une feuille et un stylo
Elle écrit deux lettres qu’elle laisse traîner sur sa table
Elle prend une arme blanche et se la planque dans le cou
Elle pleure et se vide de son sang
Elle souffrait atrocement.

Au nom de l’amour

Des heures plus tard, son corps sans vie est découvert
Ses dernières lettres sont lues
Ses parents regrettent maintenant
Ils s’en veuillent
Ils pleurent et crient
Sa mère est au bord de la folie
Elle reconnait combien elle a bafoué son rôle
Elle se lamente
Elle se roue dans la poussière
Elle pleure toutes les larmes de son corps
Elle pleure sa petite et unique fille
Elle secoue avec force le corps sans vie de sa fille
Elle lui demande de se réveiller et qu’elle promet de la marier à celui qu’elle aime
Elle promet tout un tas de choses
Elle crie à Dieu de lui rendre sa petite fille tant aimée
Mais il se faisait désormais trop tard
Ils ne pourront plus jamais se racheter
Ils croyaient bien faire.

Au nom de l’amour

Le ”jeune débrouillard” ne put  supporter la nouvelle de la mort de sa bien-aimée
Il en voulut à toute la terre
Il ne savait pas comment expier sa souffrance
Il commençait même à délirer
Il ne pouvait pas le croire
Son avenir était ainsi gâché
Sa vie était détruite
Deux jeunes vies détruites
Des rêves brisés à jamais
Une génération, une descendance anéantie
Au nom de l’amour
Au nom de l’amour
Au nom de l’amour
Pourquoi souffrir
Au nom de l’amour ?

         Loïce Cloboé
Photo Credit: Pinterest