Mon monde est à présent morne.
Son parcours vient de connaître sa borne.
Anéantie jusqu’aux paumes des mains,
Je me fonds en larmes en l’appelant en vain.

Mémé, tu m’entends ?
Aller… réponds-moi !
Mamie, pourquoi tu t’étends ?
Grand-mère est-ce que t’es là ?

Mes secousses paraissent oiseuses.
Mes cris sont odieux
Je m’écroule au sol toute crevassée
Et réalise qu’elle a vraiment trépassé.

Aussi brave que belle,
Elle était si douce à la peau frêle.
Bonheur d’autrui était sa vocation,
Son bien-être passait en dernière position.

Je revois encore sa silhouette
Dans les coins de ma hutte.
Mais j’ai terriblement peur
Puisqu’elle disparaît au toucher m’expliquant le malheur.

Aller Mamie, réveille-toi !
C’est l’heure de la séance bonbons.
Rouges, bleus, violets, tous pour moi,
Et aussi ton Riz au gras qui sent bon.

Grand-mère tu m’entends ?
Aller… réponds-moi !
Mamie ça y est, je t’attends .
Mais… est-ce que t’es là ?

Zénaïde Godonou
Photo Credit: Internet