Si belle qu’on aurait dit une fée
Elle avait toujours été belle
De la grâce elle en avait à revendre
Elle devait être la sœur du beau Lucifer
Elle était d’une beauté exagérée
Et elle adorait sourire par dessus tout
Elle avait le plus beau sourire des anges
Elle n’était jamais triste aux yeux de tous
Elle souriait pour tout et pour rien
Elle dégageait l’amour
Elle était d’une grâce divine
Elle n’avait même pas d’ennemi
Elle ne faisait du mal à personne
Elle aimait marcher le long du pont
Elle prenait plaisir à saluer tout un chacun
Elle était visiblement heureuse
Elle devrait être le féminin du bonheur
Elle était pure d’âme
Elle était l’amie fidèle de tous
Elle était l’oreille de Dieu sur terre
Elle ne jugeait jamais
Elle était la perfection même de Dieu
Et pourtant,
Dieu savait qu’elle était malheureuse
Dieu savait qu’elle était la plus malheureuse de ses créatures
Car elle ne se sentait pas aimée
Elle ne connaissait pas l’amour
Elle ne savait pas à quoi il ressemblait
Elle savait en elle même que personne n’a découvert son intérieur
Personne n’a jamais voulu connaître l’état de la fleur derrière ce beau masque
Personne n’a jamais cherché à connaître ses tourments
Car on se disait qu’elle n’en avait pas
Et pourtant,
A l’intérieur de cette fée, il n’y avait qu’un agneau blessé
Elle était malheureuse en elle même
La douce fée, la perfection de Dieu
L’oreille attentive de Dieu sur terre
Le plus beau sourire était pourtant malheureuse.
Dieu le vit et s’en attrista
Il n’oubliera jamais sa belle âme.
Perdue dans les ténèbres de son malheur
La belle fleur s’était fanée
Mais Dieu se jura de lui rendre avant sa mort
Le bonheur qui était sien…

     Loïce Cloboé

Photo Credit: Pinterest