Mon amour, va dire ce qui cause ma peine,
À mon seigneur, que je m’en vais mourir.
Et que par pitié qu’il vienne me secourir,
Et qu’il me rende la mort moins inhumaine.

Les deux genoux fléchis, je demande merci.
Amour vas-y! Vas auprès de ta demeure.
Dis lui comment sans toi, je prie et je pleure ici,
Tellement, que sans toi il faut aussi que je meure.

Toute épuisée et ne sachant pas comment me relever,
De ce tombeau effrayant et près à me recevoir,
J’y vais dormir en emportant nos doux moments rêvés
Amour, de là-haut, fais lui mon mal savoir.

Pourtant, qui sait ? Qui sait que sur mon pâle visage,
Ma douleur et mon angoisse lui déplairait-il à voir ?
Je me sens si faible pour l’avouer. Je n’ai pas ce courage.
Amour toi qui t’en vas, fais-lui mon mal savoir.

Dis-lui du moins, et tâche qu’il le croie,
Que je vivrai, si avec moi, je t’avais encore eu,
Et que dans mes pleurs, mon chagrin se noie,
Car à moi, t’enlever il a voulu.

Qui que tu sois, Amour, je t’en conjure.
Que tu t’en souviennes et que tu lui fasses savoir,
Que pour toi et pour l’amour que je te porte je jure,
Et que j’en meurs, faisant mon mal savoir.

Innocentia Houessou

Photo Credit: Pinterest