Du train qui venait de s’arrêter à la gare
Descendait une âme euphorique
Dans son regard lisait-on l’enthousiasme
Et une impatience à retrouver l’être aimé.

Ils s’étaient parlé la veille, très heureux
Ils s’étaient promis monts et merveilles après cette absence.
Ils s’étaient juré l’amour et la fidélité jusqu’à la mort
Et celle-ci n’avait rien râté de leurs échanges.

L’âme joyeuse prit le chemin de sa demeure
Où devrait l’attendre l’auteur de son bonheur.
Ils s’étaient bien fixé une heure
Et elle comptait lui faire une belle surprise.

Avec des bras chargés de cadeaux
Elle parvint à atteindre son rideau.
Tout à l’intérieur était sombre
Et la nuit rendait l’extérieur bien plus sombre.

Léger effet de surprise et de panique passé
Elle empoigna le poignet de la lourde porte
Qui s’ouvrit grandement, étonnamment.
Elle su que quelque chose clochait.

S’attendant à une surprise plus lourde
Elle alluma les lampes de sa demeure.
Mais là dans le fauteuil de son salon
Gisait le corps déchiqueté de son aimé.

Effrayée, éffarée, l’âme poussa un cri horrible.
Puis prenant ses jambes à son cou en pleurant
S’enfuit pour toujours au pays de la psychose.
Pour elle, plus rien ne sera jamais comme avant.

       Loïce Cloboé

Photo Credit: Pinterest