Je veux dans tes bras mourir tous les soirs et comme un phénix, renaître dans la chaleur de ton sein au coeur de chaque matinée, soit-elle glaciale ou non.

Te confesser que cruellement tu me manques, serais un doux euphémisme
Et l’idée de ne pouvoir te faire comprendre à quel point je te désire me ronge tel un cancer.

Il y a t’il une autre façon de le clamer ?
Parce que oui, je te veux de toutes mes forces
Et si les dieux défier il faut,
Dans l’aventure sans regret je m’embarquerai.

Parce qu’au soir de toutes ces aventures,
Dans tes bras, mon lit je trouverai.
O oui, crois-moi quand je dis je te veux.

La saison des amours anh, hihihi.

Paterne Freeman Shadowriter