A Fidélia, mon Alter-Ego.

Alors qu’une larme coule le long d’une joue triste
Pendant que des choses vous ressentez,
Vous arrivez à faire le lien
Car chaque lyrics vous comprend et vous rassure.
Vous voulez tout déverser, vous libérer,
Sur une feuille vierge, tout vomir
Pendant que la musique vous traverse.
Sombre ou mélancolique,
Profonde et inspirante.
Mais rien n’y fait,
Des pensées entremêlées,
Dans la gorge tout semble bloqué.
Alors vous laissez les lyrics vous pénétrer,
Car sont-ils les seuls à comprendre,
A pouvoir vous sauver.
Et là vous en crevez,
Ce besoin d’être sauvé (e).
Une lourde larme sur la page vierge,
Peut-être se transformera-t-elle en des mots,
Par enchantement.
Car de l’âme elle vient,
Cette larme qui en sait trop,
De vos chagrins, de vos peines,
De vos hantises, de vos peurs,
De vos démons, de votre supplice.
Et là en ce moment précis,
Vous le vivez au fond de votre être,
Le syndrome de la page blanche.


Paterne Freeman Shadowriter