*****
Et quand décembre vient avec son lot de tristesse et de larmes cachées mêlé au gré du vent, il se replie au cœur de la solitude. Il sait au fond de lui que c’est son havre de paix quand le monde autour de lui devient beaucoup trop insupportable.

Décembre a toujours été beaucoup plus que la fin d’une série de douze mois déterminant une année à ses yeux. C’est des moments de rechute émotionnelle dont il ne peut se débarrasser, dont il ne veut se débarrasser. Des moments qui lui rappellent cruellement ce qu’il est et a toujours été au fond.

La vie lui a fait cadeau de lourds fardeaux dont il avait la charge. Il sait au fond de lui que ce sentiment ne le quittera jamais. Ils ont toujours fait un, même si au départ il n’en avait jamais voulu.

Très souvent il fait la rue de la vie de ses quelques potes à se demander pourquoi il n’a pas droit à une existence aussi simple au cœur du bonheur humain.

Malgré qu’il se retrouve souvent au milieu de belles personnes qui le gratifient de leur sympathie et de leur amour, il ne se sent pas appartenir. Il avait beau essayé mais tous les signes du vent et de l’énergie autour de lui lui font comprendre que son monde est ailleurs.

Même quand il a fini par donner son cœur à l’une des leurs, malgré tous les efforts de cette dernière à faire de lui un humain parfait et normal, rien ne semble réussir à le faire oublier qui il est en réalité.

Au fond de lui, il sait la triste vérité : He doesn’t just belong. Il l’a toujours su et a fini par embrasser l’idée du voyage et du nouvel apprentissage que l’univers lui imposait.

Quand décembre vient, il réalise qu’il a toujours été seul et que sa destinée au cœur des étoiles est beaucoup plus grande que les rêveries de son imagination.
Le garçon solitaire comme s’amusait souvent à l’appeler une femme qui lui est chère en référence à Daniel Humphrey de la série télé ‘’Gossip Girl’’ est une existence bien compliquée. Oui, il en est une.

La plupart du temps, à la lune et aux constellations ils se confient. Elles sont de loin les seules à mieux le comprendre en relation avec l’univers qui reste le seul maître qu’il a accepté comme guide.

Paterne Freeman Shadowriter