Petites correspondances
*
005
Celle-ci t’est bien adressée,
**

Mon père à moi,
***
J’ai tant de choses piégées dans l’univers de ma conscience grandissante,
Choses dont j’aurais voulu te faire part.
Je sais que jamais je n’ai eu le cœur à t’appeler père. Tu l’as sûrement remarqué j’imagine. Je n’ai pas su faire semblant.
Et pourtant tu en restes un d’unique et rare.
Des milliers de fois, je t’ai jugé sans jamais prendre la peine de voir au-delà de mon égoïsme qui face à toi s’est révélé l’un des rares.
Je t’en ai voulu, et ce à maintes reprises. J’ai été sans-cœur sans jamais chercher à appréhender le fond de tes sentiments. Je sais que pour moi, tu nourris de très grands rêves et face à cela je te suis à jamais redevable.
Tu es Homme, donc incapable d’être parfait, mais de toi, j’ai plus attendu qu’il ne fallait. Je sais que face à plusieurs questions de l’existence, nos points de vue divergent. Ceci fait bien notre grandeur car à chacun de nous, un esprit a été donné pour nous guider et nous aider à prendre position.
Physiquement, nous deux n’avons jamais été très proches. Je sais que tu en as conscience, rappelles-toi bien mes premières années sur terre. Mais, plus grand professeur que toi à part la rue, je n’ai pas eu la chance de rencontrer. A un âge très jeune, tu as su faire de moi un adulte. C’est vrai que je n’ai pas vieilli mais j’ai grandi.
Ceci n’est pas seulement une épître destinée à chanter l’éloge de ma plume.
Car crois-moi j’y ai mis du cœur pour enfin te dire combien je t’aime.

PS : Aucun des mots de cette missive n’a été choisi au hasard. Alors reçois-la Père.
Ton Fils, l’Architect du rêve.
25/04/2017

Paterne Freeman Shadowriter
Copyright © 2017 Paterne Freeman H. Shadowriter All Rights Reserved.

Happy Father’s Day to All of You Fathers out there. It is not easy to be a Father. So many Begetters and very few real Fathers! Shout out to Real Dads.