Ceci n’est pas un hymne à la perversité. Ce n’est qu’un éloge inhabituel d’un constituant crucial De la biologie féminine. O nichons, bon Dieu les nichons !

via Hymne aux Nibards — The Apprentice of the Universe