*****
Elle était là, couchée dans le lit d’hôpital
Le regard égaré, les quinquets lourds et le crâne rasé.
Sur une échelle de dix, elle estimait sa douleur à douze.
Elle qui désormais n’attend plus que sa mort imminente.

Pour elle, chaque seconde comptait mille vies.
Elle qui, plus petite avait des rêves, des ambitions et des vœux.
Aujourd’hui ne désire que vivre un jour de plus,
Et ce, quotidiennement.

Elle n’avait que dix-sept ans.
A cet âge, on batifole,
On fait des expériences,
On vole son premier baiser.
On tient même tête aux parents.
A dix-sept ans, on n’est pas sérieux !

Tristement,
Rien de tout cela ne sera son partage.
La leucémie avait brisé son rêve.
Son désir d’être et de vivre
Avait été englouti
Par tous ces globules blancs.
Elle en était consciente.
Même si face à ça elle restait impuissante.

Elle était si belle, si pleine de vie.
Vie qu’elle aurait voulu partager
Avec le garçon d’à côté
Qui ne voyait en elle qu’une petite moribonde
Pour qui il ressentait de la peine
Et pourtant elle lui aurait donné
Son premier baiser avec amour et tendresse.
Sans le moindre regret.

Tout autour d’elle était lugubre.
Elle sentait la présence de la mort
Dans chaque rechute.
A l’écran, elle voyait les autres filles
De son âge vivre leur vie.
Avec l’impuissance de leur en vouloir
Alors qu’elle en mourait à petits feux.

La chimio n’avait pas abouti,
Le toubib avait tout essayé
Personnellement, il s’était même impliqué,
A la tâche, il s’était pratiquement tué
Un grain d’espoir, il voulait lui donner.
Hélas ! La faucheuse avait déjà tout planifié.

In ‘’Art dans les Ruelles’’

Photo credit: K. In My sister’s keeper.
Paterne Freeman Shadowriter
Facebook Page/ Paterne Freeman H. Shadowriter
Shadowritersite.worpress.com
Copyright © 2018 Paterne Freeman H. Shadowriter All Rights Reserved.