*****
Avril le 26 l’an 17

Cher Peterson,
Mon meilleur ami Haïtien. Je parie qu’à la lecture de cette phrase, tu vas sourire comme tu l’as toujours su si bien faire. Puisque tu le sais, je ne suis pas trop friand des émotions mais ma plume juge nécessaire de se laisser couler pour quelques minutes de franc-parler. Peterson, c’est le moment pour moi de faire preuve d’une grande reconnaissance pour tout le soutien dont tu as toujours fait preuve à mon égard. Beaucoup de choses importantes de ma vie se seraient passées autrement si tu n’avais pas été là pour couvrir mes arrières.
Cette épître qui à toi est adressée ne peut compter pour toute ma gratitude mon cher ami. Néanmoins, elle reste le témoin parfait de ma volonté à inscrire ce chapitre de notre vie sur la liste de mon odyssée. Tu es un grand ami, je suis bien chanceux.
Aux dernières mises à jour, tu te serais investi dans la vie communautaire. Je crois que tu as enfin trouvé ton destin. Souviens-toi de ce jour où tu as commencé cette nouvelle aventure car en dehors du jour de ta naissance, j’ai la ferme assurance que cette date est la deuxième plus importante de ta vie. Souviens-toi des propos de Mark Twain à ce sujet. Je ne dis pas que le jour de notre rencontre ne compte pas. Je me garde juste d’être un peu trop égoïste. Le plus grand bonheur de la vie est dans le partage. Savoir que tu donnes quelque chose en retour à la communauté me rend si fier de toi mon pote. Rassure-toi, je ne peux l’oublier, cette appellation qui est restée notre mot de passe.
Mon cher ami, même si j’ai une franche envie de rester ici enfermé dans ma petite case à t’écrire toute la nuit, je crois qu’il est temps que je pense à me faire une platée avant d’aller marcher.
Une seule envie me brûle à présent. Te lire. Alors je nourris mon impatience d’espoir et de vers en attendant que tu m’écrives.
Ton meilleur pote, le Citoyen de l’Univers
In #Art_dans_les_Ruelles
Paterne Freeman Shadowriter
Copyright © 2017 Paterne Freeman H. Shadowriter All Rights Reserved.