***

Quand perdue vous serez dans l’univers de vos pensées,

A moi, pensez, à nos moments, accrochez-vous.

Ô dame, vous qui pour moi représentez l’unique salut.

Vous qui, des ténèbres de mon passé douloureux m’avez repêché.

Maudit soit-il, le cauchemar qui vous a fait souffrir l’enfer.

Au diable, ces êtres qui dans l’ombre ne désirent que vos larmes.

Esclaves d’Hadès seront-ils à jamais dans les entrailles de la géhenne.

Quand des profondeurs, je surgirai vêtu de la colère sardonique de Zeus.

A votre secours, j’accourrai, coûterait-il un pacte avec Orphée.

A lui, je rendrais bien Eurydice s’il le faut, guerre livrée à Hadès.

Car pour vous, aucun risque n’est trop grand Ma Dame.

Je les défierais les dieux, soient-ils grecs ou anciens.

De nos pères, ou de vos mères, si pour vous sauver, il le faut.

Car pour moi, vous êtes, Ma Dame, l’unique salut d’un poète solitaire.

From #Art_Dans_Les_Ruelles

#Paterne Freeman Shadowriter

Facebook Page/ Paterne Freeman H. Shadowriter

Shadowritersite.worpress.com

Copyright © 2017 Paterne Freeman H. Shadowriter All Rights Reserved.